UMCR 71 UNION DES MAIRES DES COMMUNES RURALES 71

logo du site
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71
  • UMCR 71

Accueil du site

Article à la une

Pierre bonte

Pierre Bonte vient à Vendenesse pour parler du monde rural - 15/10/2016

Ardent défenseur des terroirs et du monde rural, Pierre BONTE est l’invité d’honneur de l’Union des maires des communes rurales de Saône-et-Loire, qui se réunit ce samedi, à Vendenesse. Il nous confie son amour de la France et de sa diversité. Mais il délivre aussi un message aux maires des communes rurales, au moment où les regroupements de collectivités sont souhaités par l’État.

Les communes rurales s’interrogent en ce moment sur leur légitimité, face aux fusions incitées par l’État. Quel message leur livrez-vous ?
« Je défends la cause des petites communes rurales. Actuellement, elles sont dans une situation d’inquiétudes, avec la loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République). Elles sont sermonnées par les préfets qui veulent les regrouper. Les élus locaux se demandent ce qu’il faut faire. Je leur dis clairement : non ! Résistez aux sirènes de l’administration. Je défends la diversité et la multiplicité des communes de France. Ça contribue à lui donner son charme, ça contribue au bonheur des gens. La commune, c’est un cadre à échelle humaine. Ça permet une proximité, dont on a de plus en plus besoin dans une société où tout se concentre et se centralise. »

Mais le regroupement des communes ou des communautés de communes n’est-il pas inéluctable ?
« Non. Je dis aux maires ruraux : ne vous découragez pas. La période est difficile, avec l’argent qui manque, les dotations de l’État qui baissent. Mais c’est justement là qu’on a besoin des petites communes, des élus qui, partout sur le territoire, prennent leurs responsabilités pour le bien-être de leurs concitoyens. Les élus sont les gardiens d’un certain bonheur de vivre. »

L’opposition entre Paris et la province, entre la ville et la campagne, perdure-t-elle en France ?
« Oui. Cela provient souvent de la méconnaissance des citadins des réalités du monde rural. Les citadins considèrent souvent la campagne comme une sorte de parc de loisirs, que l’on fréquente le week-end ou en vacances. Mais la qualité de vie qu’ils trouvent ponctuellement, il faut se battre au quotidien, sur le terrain, pour qu’elle perdure. »

Certains font rimer amour de la France avec rejet de l’autre. Qu’en pensez-vous ?
« J’aime la France, mais c’est bien entendu sans rejet. On a tous besoin de se sentir bien chez soi. On se sent bien à la maison, dans son village, dans sa région, en France. Il y a plein de degrés dans ce sentiment. Moi, je me sens aussi très bien en Europe. Tout cela n’est pas inconciliable. Ce n’est pas du chauvinisme que d’aimer la France. C’est un besoin d’appartenance, de liens solidaires. On a tous besoin de repères et de liens affectifs. Une commune, c’est un niveau affectif, pas uniquement une entité administrative. »

Vous dites d’ailleurs souvent qu’il ne faut pas oublier que nous venons tous du monde rural.
« Oui, nous sommes tous issus d’une civilisation paysanne millénaire. Elle nous a forgés. Il n’y a pas de contradiction entre préservation de ce patrimoine et modernité. Il ne faut pas oublier d’où l’on vient, c’est une question d’équilibre. »

Ce combat pour défendre le monde rural guide-t-il votre vie ?
« Oui. Depuis 1959 et mes émissions Bonjour Monsieur le maire sur Europe 1 , je mets en lumière cette France que j’aime. Aujourd’hui, je continue de témoigner. Je ne fais pas de politique, mais je fais entendre ma voix. »

Vous êtes samedi au cœur du Charolais. Connaissez-vous la région ?
« Oui. Je suis venu souvent en Bourgogne. J’ai fréquenté à plusieurs reprises le marché de Saint-Christophe-en-Brionnais, avant même le cadran. Je me suis levé tôt pour être là-bas ! Et j’apprécie aussi les chocolats Dufoux. Ce sont là deux richesses de votre territoire. »

Infos L’assemblée générale des Maires ruraux de Saône-et-Loire, aura lieu aujourd’hui, à la salle des fêtes de Vendenesse-lès-Charolles, de 9 heures à 12 h 30. Intervention de Pierre Bonte à 11 heures.

Propos recueillis Hervé Bachelard


Communiques de presse

PDF - 48.1 ko
COMMUNIQUE DE PRESSE UMCR71 SDCI Juin 2016

Actualités


Agenda

Pas de date à venir


Partenaires

logo accueil partenaire


Site réalisé en SPIP pour l'AMRF